edito octobre 2011

Publié le par ART-JAHGUIDANCE

  edito Octobre 2011

LA production jamaicaine n'est plus au gout du jour, et se faIt attendre.

Les Tarrus riley, et autres progénitures de Bob marley ont certes fait parler d'eux ces mois précedents , mais leurs productions restent banales.

Mais on dirait qu'ils s'essouflent un peu, et laissent du coup la place aux sounsystems francais et anglais, italiens et espagnols, sur la scene internetionnale. ceux ci bénéficient peut être d'un effet de de délaissement des productions jamaicaines. il n'empeche qu'ils sont en perpetuelle recherche de sons nouveaux, associant des cuivres gras et lourds au skank de base, et featurant des artistes jamaicains qui n'ont, malheureusement, plus l'aura connue dans leur pays.

Qu'à cela ne tienne. le systême est maintanant bien rodé: les chanteurs opèrent sur tous les soundsystems dignes de ce nom; et si les compositions jamaicaines sont moins présentes, les compos européennes sont elles bien la, bien dynamiques. tout y passe. des represses de vieux standards aux nouvelles releases, on peut vraiment dire qu'une certaine relève est assurée en europe, pour faire perdurer cette musique, la faire exister.....

D'autant se sont plains d'un certain attentisme de la part des labels jamaicains, dont les nouvelles sorties sont rares en ce moment. mais force nous est de constater que la production européenne prend fierement la relève:

Jah free , gary james et Sis simiah, s'évertuent a perpetuer la tradition, en offrant des chants profonds, inspirés, qui y "croient encore"

Les bush chemist  ne cessent de featurer des chanteurs, qui ont déjà maintes fois fait leurs preuves.

les sound system francais ne sont pas en reste. avec des chanteurs comme humble I, carlton livingston, le recent prince Jamo, ils jouent dans la cour des grands. les soirées dub, ai je envie de dire, n'ont jamais trouvé telle fréquence et tel public. la France, l'europe, découvre ce que la jamaique a mis 40 ans à construire....n'est ce point auss la le point de départ d'une musique nouvelle, qui fait son chemin parmi les amateurs, et , qui, au final, diffère des autres?

N'est ce point la le début d'une nouvelle ère? l'alternative tant attendue à la techno et à la dance?

 

La constitution d'une base de données a jour, updatée de tous les nouveaux artworks sur le marché, se fait difficile:

Jah waggy croule sous les represses et envoie de nouvelles sorties toutes les semaines. il s'agit de represses.

Disciples, et conscious souds, continuent a travailler sur de nouvelles releases.

Les anglais produisent beaucoup, mais diffusent peu. le vivier britannique est quand même dynamique

Bref, vous m'aurez compris: les artwor,ks se font rares, et ceux qui valent le coup d'être notés se comptent, sur les doigts de la main.

 

Art -jah guidance fait fi de tout ceci. je continue a créer des artworks, qu'on aurait pu voir ou qu'on voudrait voir, et seuls les amateurs, les amoureux, les passionnés apprécieront.

Mon inspiration est bien entendue forgée par les prestations du moment. le reggae fait il des sous sur le territoire francais? je  l'ignore. mais quelques activistes, amoureux du beau matériel, et de la grosse basse, le perpetuent et le font évoluer.

Je vais des lors prendre parti

Big up au control tower, de qui le sound est vraiment original, a mi chemin entre une hypno dépassée et un reggae novateur et digital.

Big Up au Zion gate, dont les featuring méritent de rester dans l'histoire.

Big up au lion roots, activists du sud depuis 6 ou 7 ans, et qui perpétuent un son clair, lourd, musical.....

Big up a tous les activists, membre des DUB SEVRES avec qui j'ai des affinités particulières, et qui croient en le renouveau d'un soundsystem crédible sur notre territoire.

Big up au Roots collec tive, qui depuis 2007 ne jure qu'en ca, faire venir des pointures et leur donner l'occasiond e jouer sur le son de red lion, qui est toujours pret a hurler.

Big up, tous ceux de la toile, qui contribuent a faire vivre le reggae.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article