ADIEU MANUTENTION

Publié le par ART-JAHGUIDANCE

ADIEU MANU...TENSION

Ton oeuvre et celle de IMPROVISATOS DUB perdureront par delà les décennies.

Au nom des "grenoblois" je me joins a la douleur de sa famille, de IMPROVISATOR DUB, et de la grande famille du DUB en general.
ton oeuvre sera toujours présente dans mon esprit, et nos rencontres m'ont apporté beaucoup de joie et de plaisir. tu étais dynamique et spontané, ton initiative a fait des émules. Aujourd'hui tu me manques déjà , c'est pour cela que je ne t'oublirai jamais.

     

(article DUBZONE)

Le titre du premier album solo de Manutension porte tellement bien son nom qu'il pourrait presque à lui seul suffir à le présenter. "Strictly for sound system dub", c'est la déclaration d'intention: du dub de sound system, fait pour être joué fort et faire s'agiter celui qui l'écoute. "Dub attacks the tech", c'est le procédé pour y parvenir: les sons et techniques de production du dub sur une base techno permanente, le boum boum boum boum de la grosse caisse, élément fondamental du stepper cher à Manutension, que l'on retrouve également chez les Improvisators dub, dont il est un des piliers. L'album commence par le formidable "Manutension meets Jonah Dan", meilleur morceau de l'album, dans lequel, comme son nom l'indique, l'inspiré Jonah Dan tient le crachoir entre deux coups de sirènes et autres bidouillages maison. Une rythmique qui vous met illico des fourmillements dans les jambes et vous contraint de force à battre la mesure. C'est la caractéristique principale de cet album: sa force rythmique. Car ne n'y trompons pas, si la grosse caisse suit scrupuleusement le décompte des BMP du début à la fin de l'album, la linéarité du beat techno qui sert de base à chaque morceau est incessamment malmenée, d'une part par les envolées inspirées du percussionniste (Titus, des Improvisators Dub), de l'autre par les décalages rythmiques permanents auxquels sont soumis les autres sons. Conformément au principe fondamental du dub, Manutension bidouille ses morceaux en direct, triturant chaque son, les faisant onduler et dériver à sa guise, dans une frénésie quasi obsessionnelle. La démarche est exactement la même que celle qu'il applique au sein des Improvisators Dub, mais le résultat est différent, car si la musique des Improvisators Dub est celle d'un groupe, celle de Manutension est avant tout celle d'un gars derrière ses machines, ce qui au final la rend plus brute, plus rugueuse, et donc plus agressive. Manutension en solo, c'est un peu la quintessence du stepper, et ce "Strictly for sound system dub" est un album capable de rivaliser avec ceux des plus grands nom du dub anglais. Certains ont la science du rythme, d'autres de la mélodie, d'autres de la composition... Manutension a la science du dub, il est tombé dans la marmite de basses quand il était petit. Des titres comme "Manutension meets Jonah Dan", "Anniversary dub with my friends", "Ravers of dub" en témoignent avec vigueur.

plus d'articles sur le sujet

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/591690/mil/4538856.html

http://www.reggae.fr/lire-news/3067.html

http://www.telerama.fr/musique/adieu-manutension,42904.php (avec reportage audio.)

Commenter cet article